( 2 août, 2012 )

Petite Info

En haut de la page du blog il y a écrit : commentaires et questionnaire ce sont des articles qui ne parlent pas d’Harry Potter.

À chaque fois que nous posterons un article qui ne parle pas d’Harry Potter (à part celui-ci) il se trouvera en haut.

Ces articles sont souvent important pour l’amélioration du blog (comme le questionnaire par exemple )!!!

Merci d’avoir lu cet article,

hermioneetginny

( 1 août, 2012 )

Pottermore

Salut!

Nous avons souvent parlé de Pottermore pour ceux qui ne connaissent pas c’est un site crée par JKR et Sony!

Ce site recrée l’histoire d’Harry Potter mais en image (elles sont quelques fois interactives) ces images représentes des scènes (les plus importantes).

Des objets sont cachés dans ces images et permettent quelques fois de débloquer un texte inédit de JKR.

Sur ce site nous sommes répartis dans les maisons (je pense que c’est aléatoire) et nous pouvons ensuite lancer des duels où nous devons lancer un sortilège pour faire gagner des points à notre maison pour qu’elle gagne la coupe.

Pour faire gagner des points à notre maison nous pouvons également préparer des potions.

Les épisode sont débloqués progressivement et cela n’a rien à voire avec votre progression sur le site: là par exemple bientôt de nouveaux épisodes du 2ème livre vont sortir.

Si vous avez d’autres questions sur Pottermore n’hésitez pas à nous les poser (en commentaire) et nous y répondrons le plus vite possible.

 

 

( 31 juillet, 2012 )

La famille Malefoy

Si vous souhaitez en savoir plus sur la famille Malefoy c’est ici!!!

Voici un texte inédit de JKR que l’on peut trouver sur pottermore bien sûr!!! ;- )

Le nom « Malefoy » provient du vieux français qui signifie « mauvaise foi ». Comme nombre d’ancêtres de nobles familles anglaises, le sorcier Armand Malefoy arriva en Grande-Bretagne dans le sillage de Guillaume le Conquérant, lors des invasions normandes. En remerciement des divers services (louches et très certainement magiques) qu’il rendit au roi Guillaume Ier d’Angleterre, Malefoy se vit attribuer de belles terres que l’on confisqua à leurs propriétaires légitimes dans le comté du Wiltshire. C’est là que vivent ses descendants depuis maintenant dix siècles.

Armand était un sorcier très rusé qui possédait un grand nombre de qualités qui caractérisent aujourd’hui la famille Malefoy. Les Malefoy ont en effet toujours eu la réputation d’être des gens peu fiables, un trait de caractère qu’évoque d’ailleurs leur nom peu flatteur. On dit aussi que tous les Malefoy courtisent le pouvoir et l’argent où qu’ils se trouvent. En dépit du parti pris qu’ils affichent clairement pour les lignées de sang pur et pour la soi-disant supériorité des sorciers sur les Moldus, les Malefoy ne rechignent pas à se faire bien voir de la communauté non magique quand cela les arrange. Cette stratégie leur a permis de devenir assez vite l’une des familles de sorciers les plus fortunées de Grande-Bretagne. Selon une très ancienne rumeur (qui n’a toutefois jamais été prouvée), les Malefoy se seraient intéressés avec succès, pendant plusieurs siècles, à l’achat et la vente de monnaie et de biens moldus. Au cours des siècles, ils sont ainsi parvenus à élargir leurs terres dans le Wiltshire en acquérant peu à peu celles de leurs voisins moldus et ont accumulé une multitude de fabuleux trésors et tableaux de maîtres moldus en usant de leur influence sur la famille royale.

Depuis toujours, les Malefoy établissent une nette distinction entre les Moldus sans le sou et ceux qui détiennent le pouvoir et la fortune. Jusqu’à la signature du Code international du secret magique en 1689, la famille Malefoy fréquentait assidûment les cercles mondains de Moldus bien nés. On dit d’ailleurs que leur farouche opposition à l’instauration de ce Code serait en partie due au fait que ce dernier les obligeait à renoncer à cette sphère sociale qu’ils appréciaient tant. Bien que les générations successives de Malefoy se soient toutes empressées de nier ce fait, de nombreux éléments semblent suggérer que le premier Lucius Malefoy aurait été un soupirant éconduit de la reine Elizabeth I. Certains sorciers historiens vont même jusqu’à avancer que la raison pour laquelle la reine ne se serait jamais mariée serait parce que, terriblement dépité, Malefoy, lui aurait jeté un maléfice pour se venger.

Ayant vite compris que toute protestation les écarterait du nouveau centre de pouvoir que constituait le nouveau ministère de la Magie, le féroce instinct d’auto-préservation qui a guidé le comportement de la famille Malefoy tout au long des siècles mit fin à toute fraternisation avec les Moldus, même les mieux nés, dès l’adoption du Code international du secret magique. La famille Malefoy retourna alors prestement sa veste pour devenir des partisans tout aussi acharnés et bruyants que ceux qui défendaient la cause du ministère depuis la première heure, s’empressant de nier qu’il leur était arrivé de fréquenter (ou d’épouser) des Moldus.

La fortune considérable dont ils disposaient leur assura une forte influence au sein du ministère de la Magie pour les générations à venir (ce qui déplut à beaucoup). Pourtant, aucun Malefoy n’a jamais brigué le rôle de ministre de la Magie. On dit souvent qu’un Malefoy ne se fera jamais surprendre sur la scène d’un crime, mais que la baguette coupable porte bien souvent ses empreintes. Grâce à leur immense fortune, les Malefoy n’ont nul besoin de travailler. Ils préfèrent exercer le pouvoir en tirant les ficelles par-derrière, en laissant aux autres le soin de faire le gros du travail et, lorsque les choses tournent mal, de porter le chapeau. Les Malefoy ont aidé à financer les campagnes électorales d’un grand nombre de leurs candidats préférés ainsi que, selon la rumeur, certaines pratiques douteuses consistant à jeter des sorts à l’opposition.

Le mépris qu’a toujours affiché la famille Malefoy à l’égard de tout Moldu incapable de lui procurer des bijoux ou une position d’influence ainsi qu’envers la majorité des sorciers, mena tout naturellement les Malefoy à adopter la doctrine du sang pur, cette dernière semblant leur offrir une source possible de pouvoir suprême au XXe siècle. Depuis la signature du Code international du secret magique, aucun Malefoy n’a épousé une personne moldue ou née de parents moldus. Contrairement à une poignée de fanatiques, comme les familles Gaunt et Lestrange, les Malefoy ont jugé prudent d’éviter les mariages consanguins avec des sang-pur affaiblis ou instables. Leur arbre généalogique renferme ainsi de nombreux sang-mêlés.

Parmi les Malefoy les plus notables, on citera Nicholas Malefoy, un sorcier du XIVe siècle qui aurait profité de la peste noire pour se débarrasser discrètement d’un grand nombre de ses métayers moldus les plus difficiles, évitant ainsi la condamnation du conseil des Sorciers ; Septimus Malefoy, qui bénéficiait d’une telle influence au ministère vers la fin du XVIIIe siècle, que beaucoup disaient que le ministre de la Magie de l’époque, Flagorneur Osbert, était devenu sa marionnette ; et Abraxas Malefoy, qui aurait participé au sombre complot qui força le tout premier ministre né de parents moldus (Nobby Leach) à quitter ses fonctions prématurément en 1968 (bien que rien n’ait jamais pu être prouvé à l’encontre de Malefoy).

Le fils d’Abraxas, Lucius Malefoy, se rendit célèbre en devenant l’un des Mangemorts de Lord Voldemort. Lucius évita, à deux reprises, de finir ses jours en prison après les tentatives de prise de pouvoir de Voldemort. La première fois, il prétexta avoir agi sous l’emprise d’un sortilège d’Imperium (même si beaucoup pensaient qu’il avait fait intervenir ses relations au Ministère). La seconde fois, il produisit des preuves à l’encontre d’autres Mangemorts permettant de capturer de nombreux alliés de Voldemort qui s’étaient volatilisés dans la nature.

( 30 juillet, 2012 )

La technologie

Voici un texte inédit de JKR sur la technologie et ce que les sorciers en pensent (on peut découvrir ce texte sur pottermore) :

Quand on est capable de faire surgir instantanément n’importe quel livre, instrument ou animal que l’on cherche en agitant simplement sa baguette magique et en criant « Accio ! », quand on peut communiquer avec ses amis et ses connaissances en leur envoyant un hibou ou une Beuglante ou en leur parlant à travers le feu, un Patronus ou des objets ensorcelés comme des pièces de monnaie, quand on peut transplaner pour leur rendre visite en personne, quand on possède un journal rempli de photos animées et que les objets qui nous entourent peuvent parfois nous adresser la parole, il faut bien avouer que l’utilisation d’Internet perd assez vite de son attrait. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous ne pourrez jamais croiser un sorcier sur la Toile. Il arrive en effet à certains membres du monde magique de se connecter à Internet par curiosité condescendante ou pour se livrer à des recherches approfondies sur l’Étude des Moldus.

Si les appareils ménagers de la vie courante, comme le lave-vaisselle ou l’aspirateur, leur sont totalement inutiles, quelques membres de la communauté magique ont néanmoins un faible pour la télévision moldue qu’ils trouvent particulièrement divertissante. Au début des années quatre-vingt, un petit groupe de sorciers fauteurs de troubles tenta d’ailleurs de lancer la « BBC-S » (la BBC version sorcier) dans l’espoir de disposer de leur propre chaîne de télévision. Mais ce projet fut immédiatement stoppé par le ministère de la Magie qui refusa d’approuver la diffusion d’informations magiques sur un appareil moldu, jugeant qu’une telle transmission violerait le Code international du secret magique.

Certains sorciers estimèrent, à juste titre, que la décision du ministère était incohérente et injuste puisque beaucoup de radios avaient déjà été modifiées en toute légitimité par la communauté magique pour son propre usage et diffusaient régulièrement des émissions pour sorciers. Mais si le ministère reconnut que ce type d’émissions pouvait effectivement permettre aux Moldus de glaner d’importantes informations sur divers aspects pratiques comme la meilleure manière d’élaguer des tentacules venimeux ou de dégnomer son potager, il soutint que les Moldus qui écoutaient la radio semblaient, dans l’ensemble, plus tolérants, plus crédules et moins convaincus de leur bon sens que ceux qui regardaient la télévision. Les raisons de cette particularité font d’ailleurs l’objet d’une analyse très approfondie dans La Philosophie du matérialiste : pourquoi les Moldus préfèrent ne rien savoir du professeur Mordicus Leufcock. Selon la théorie du professeur Leufcock, les Moldus seraient beaucoup plus tentés de croire qu’ils ont mal entendu quelque chose que de se dire qu’ils hallucinent.

Il existe une autre raison expliquant la réticence qu’éprouvent la plupart des sorciers à l’égard des appareils de fabrication moldue. Cette raison est d’ordre culturel. Le monde magique est particulièrement fier du fait qu’il peut très bien se passer des très nombreux (et, il faut bien l’admettre, très ingénieux) appareils que fabriquent les Moldus pour accomplir certaines tâches que les sorciers font tout naturellement par magie. Aussi, le simple fait de remplir sa maison de sèche-linge ou de téléphones constituerait ni plus ni moins une admission de son incompétence magique.

Il existe toutefois une exception notable à l’aversion des sorciers à l’égard de la technologie moldue. Cette exception est la voiture (et, dans une moindre mesure, les motos et les trains). Avant que le Code international du secret magique ne soit adopté, les sorciers et les Moldus utilisaient les mêmes moyens de transport pour se déplacer, à savoir des véhicules tels que des calèches ou des frégates. Mais lorsque les véhicules à traction animale devinrent manifestement obsolètes chez les Moldus, la communauté magique fut bien obligée d’abandonner, elle aussi, ce mode de transport. Nul ne niera que la vitesse et le confort des premières automobiles moldues qui commençaient à fleurir sur les routes au début du XXe siècle firent pâlir d’envie nombre de sorciers. Le ministère de la Magie lui-même finit par s’acheter une flotte de voitures qu’il modifia à l’aide de divers sortilèges pour en faire des véhicules très pratiques. Aujourd’hui, beaucoup de sorciers nourrissent une passion enfantine pour les voitures. On dit même que certaines familles de sang pur, qui d’ordinaire ne daigneraient pas toucher un objet moldu, cachent une Rolls Royce volante dans leur garage. Les anti-Moldus les plus fanatiques, en revanche, rejettent systématiquement toute forme de transport motorisé. La passion qu’entretenait Sirius Black pour les motos exaspérait beaucoup ses parents, tous deux d’extrémistes sang pur.

( 30 juillet, 2012 )

Pottermore

Salut à tous!!!

Quelques nouvelles du site pottermore : les premiers chapitres du 2 livres sont sortis!!!

C’était juste pour vous tenir au courant des dernières nouvelles du site de JKR!!!

 

( 5 mai, 2012 )

Captures d’écran de Pottermore

Voici quelques captures d’écran du site POTTERMORE*:

Captures d'écran de Pottermore Capture-d’écran-2012-03-18-à-20.15.59     le hibou qui nous donne nos message sur pottermore
Capture-d’écran-2012-03-18-à-20.15.27     le logo de pottermore qui apparait sur le portail
Capture-d’écran-2012-03-18-à-20.12.23-300x206     la malle où l’on range toute nos affaire de pottermore
Capture-d’écran-2012-03-18-à-20.09.37-300x146     la grande salle de pottermore où vous pouvez voir tous les scores actuels et malheureusement serpentard gagne smiley-crypour l’instant!
Il y a quelques temps (un mois) pottermore n’étais disponible seulement pour les présélectioné (dont moi) mais actuellement il est disponnible pour tous le monde!
Mais pour l’instant il n’y a que le premier tome qui est disponnible.
C’est un site qui recréé l’histoire d’Harry Potter avec des textes inédits de JKR.
Il a été créér par JKR et Sony.
L’adresse de pottermore est: www.pottermore.com
Amusez-vous bien!
( 17 décembre, 2011 )

site de J.K.R.

Il existe un site officiel de J.K.R. que vous ne connaissez peut être pas, mais en tout cas je vous le conseille!

Sur ce site de nouvelles informations sur JKR sont régulièrement postées!!!

C’est vraiment un site à découvrir !!!!!!!!!!!!!!!

L’adresse du site est: http://www.jkrowling.com/fr

( 17 décembre, 2011 )

Les signatures

Voici quelques signatures que vous connaissez surement:

Les signatures signjk104        signem104       sign103    ebay-sig-card-d-radcliffe3-300x188

 

( 9 novembre, 2011 )

Anniversaires

Harry Potter : 31 juillet

Ron Weasley : 1 mars

Hermione Granger : 19 septembre

Ginny Weasley : 11 août

Neville Londubat : 30 juillet

Fred et George Weasley : 1 avril

Percy Weasley : 22 août

Charlie Weasley : 12 décembre

Arthur Weasley : 6 février

Molly Weasley : 30 octobre

Hagrid : 6 décembre

Remus John Lupin : 10 mars

Drago Malefoy : 5 juin

( 27 octobre, 2011 )

Texte inédit de JKR sur le Pr McGonagall :

Enfance :

Minerva McGonagall fut le premier enfant et la seule fille d’un pasteur presbytérien écossais et d’une sorcière éduquée à Poudlard. Elle grandit dans les Highlands d’Écosse au début du vingtième siècle et ne découvrit que très progressivement qu’il y avait quelque chose d’étrange à la fois dans ses propres aptitudes et dans le mariage de ses parents.

Le père de Minerva, le révérend Robert McGonagall était tombé sous le charme d’Isobel Ross, une jeune femme pleine de vivacité qui habitait le même village. Comme ses voisins, Robert croyait qu’Isobel était élève dans un pensionnat de jeunes filles très chic, quelque part en Angleterre. En fait, lorsque Isobel disparaissait de chez elle pendant des mois entiers, c’était à l’école de sorcellerie de Poudlard qu’elle se rendait.

Sachant que ses parents (une sorcière et un sorcier) n’apprécieraient guère qu’elle fréquente ce jeune Moldu à la mine grave, Isobel garda le secret sur leur relation naissante. Lorsqu’elle eut dix-huit ans, elle était tombée amoureuse de Robert. Malheureusement, elle n’avait pas trouvé le courage de lui dire qui elle était.

Tous deux s’enfuirent et allèrent se marier en cachette, à la grande fureur de leurs parents respectifs. Ayant rompu les liens avec sa famille, Isobel ne put se résoudre à gâcher la félicité de sa lune de miel en révélant à son mari transi d’amour qu’elle était sortie première de sa promotion dans la classe de sortilèges de Poudlard et qu’elle avait été capitaine de l’équipe de Quidditch de l’école. Isobel et Robert emménagèrent dans une manse (maison de pasteur en Écosse), en bordure du comté de Caithness, où la belle Isobel se montra étonnamment habile à tirer le meilleur parti du maigre salaire de son mari.

La naissance du premier enfant du couple, Minerva, se révéla à la fois un moment de joie et de crise. Sa famille et la communauté magique qu’elle avait abandonnée par amour lui manquaient et Isobel insista pour donner à sa fille le nom de sa grand-mère, une sorcière d’un immense talent. Cet étrange prénom suscita des haussements de sourcils dans le voisinage et le révérend Robert McGonagall eut du mal à expliquer à ses paroissiens le choix de son épouse. De plus, l’humeur maussade de cette dernière l’inquiétait. Des amis lui assuraient que les femmes se montrent souvent émotives après la naissance d’un bébé et qu’Isobel redeviendrait bientôt elle-même.

Isobel, cependant, devenait de plus en plus renfermée, s’isolant avec Minerva pendant des jours entiers. Plus tard, elle révéla à sa fille que celle-ci avait manifesté dès ses premières heures des signes imperceptibles mais indéniables de pouvoirs magiques. Des jouets qu’on avait posés sur de hautes étagères se retrouvaient dans son berceau. Le chat de la famille lui obéissait avant même qu’elle ait appris à parler. La cornemuse de son père jouait parfois toute seule à l’autre bout de la maison, un phénomène qui faisait pouffer de rire Minerva.

Isobel était déchirée entre la fierté et la peur. Elle savait qu’il lui faudrait avouer la vérité à Robert avant qu’il ne soit témoin de quelque chose qui puisse l’alarmer. Enfin, devant les patientes questions de son mari, Isobel éclata en sanglots, prit sa baguette magique dans la boîte fermée à clé qu’elle cachait sous son lit et lui montra qui elle était vraiment.

Bien que Minerva fût trop jeune pour se souvenir de cette nuit, ses conséquences lui firent amèrement comprendre combien il était difficile de grandir dans un monde de Moldus lorsqu’on est doté de pouvoirs magiques. La découverte que son épouse était une sorcière ne diminua en rien l’amour que Robert éprouvait pour elle, mais il n’en fut pas moins profondément choqué par cette révélation et par le fait qu’elle lui avait caché ce secret pendant si longtemps. Par surcroît, lui qui se flattait d’être un homme droit et honnête se trouvait à présent contraint de vivre dans le secret, ce qui était tout à fait étranger à sa nature. Isobel lui expliqua à travers ses larmes qu’elle (et sa fille) étaient tenues par le Code International du Secret magique, et qu’elles devaient cacher la vérité sur elles-mêmes ou affronter la fureur du ministère de la Magie. Robert s’effrayait également en pensant aux réactions des villageois – pour la plupart austères, collet monté, et conventionnels – lorsqu’ils apprendraient que l’épouse de leur pasteur était une sorcière.

L’amour demeurait mais la confiance entre ses parents était brisée et Minerva, enfant intelligente et observatrice, le constatait avec tristesse. Deux autres enfants, des garçons tous les deux, naquirent chez les McGonagall et tous deux manifestèrent bientôt des dons pour la magie. Minerva aida sa mère à expliquer à Malcolm et à Robert Junior qu’ils ne devaient pas faire étalage de leurs pouvoirs et l’aida également à dissimuler à leur père les accidents et les situations embarrassantes que leurs aptitudes si particulières provoquaient parfois

Minerva était très proche de son père moldu auquel elle ressemblait par le caractère beaucoup plus qu’à sa mère. Elle souffrait de voir à quel point l’étrange situation de sa famille le tourmentait. Elle sentait également combien il était angoissant pour sa mère de se fondre dans ce village entièrement moldu et combien lui manquait la liberté de se retrouver parmi ses semblables et d’exercer ses considérables talents. Minerva n’oublia jamais les larmes de sa mère lorsque la lettre d’admission à l’école de Sorcellerie de Poudlard arriva le jour de son onzième anniversaire. Elle savait que ce n’était pas seulement la fierté qui faisait pleurer Isobel mais aussi l’envie.

Carrière Scolaire

Comme c’est souvent le cas lorsqu’une jeune sorcière ou un jeune sorcier viennent d’une famille en conflit avec son identité magique, Poudlard fut pour Minerva McGonagall un endroit qui apportait joie, liberté et soulagement.

Minerva attira l’attention sur elle dès le premier soir, lorsqu’il apparut qu’elle était un Chapeauflou. Au bout de cinq minutes et demie, le Choixpeau magique qui avait hésité entre la maison de Serdaigle et celle de Gryffondor envoya Minerva dans cette dernière. (Ce fut par la suite l’occasion d’aimables plaisanteries entre Minerva et son collègue Filius Flitwick envers qui le Choixpeau magique avait éprouvé le même embarras, prenant finalement la décision opposée. Les deux directeurs de maison s’amusaient en pensant que, sans ces quelques minutes cruciales dans leur jeunesse, ils auraient pu se retrouver à la place l’un de l’autre).

Minerva fut très vite reconnue comme l’élève la plus remarquable de l’année, avec un don particulier pour la Métamorphose. À mesure qu’elle progressait dans ses études, elle montra qu’elle avait hérité à la fois des talents de sa mère et du sens moral inflexible de son père. Au cours de sa carrière scolaire, Minerva se retrouva pendant deux ans avec Pomona Chourave, devenue par la suite directrice de Poufsouffle, et les deux femmes entretinrent d’excellentes relations, à cette époque et dans les années qui suivirent.

À la fin de ses études à Poudlard, Minerva avait obtenu des résultats impressionnants : elle avait décroché les meilleures notes dans ses B.U.S.E. et ses A.S.P.I.C., elle était préfète en chef et lauréate du prix du Meilleur Jeune Espoir décerné par le Mensuel de la Métamorphose. Sous la conduite inspirée de son maître en Métamorphose, Albus Dumbledore, elle avait réussi à devenir Animagus. Sa forme animale (chat tigré, lunettes carrées, marques autour des yeux) était dûment répertoriée dans le Registre des Animagi du ministère de la Magie. Minerva, comme sa mère, était également une joueuse de Quidditch très douée, bien qu’une mauvaise chute dans sa dernière année (un coup irrégulier lors d’un match entre Gryffondor et Serpentard qui devait désigner le vainqueur de la coupe) se soit conclue par une commotion cérébrale, plusieurs côtes cassées et un désir inlassable de voir l’équipe de Serpentard écrasée sur le terrain. Quoiqu’elle eût cessé de jouer en quittant Poudlard, le professeur McGonagall, animée d’un esprit de compétition inné, manifesta par la suite un vif intérêt pour les destinées de l’équipe de sa maison et n’eut pas son pareil pour déceler de nouveaux talents.

12
Page Suivante »
|